text.skipToContent text.skipToNavigation

VIV ALBERTINE

TU NE PEUX PAS PORTER DES BOOTS AVEC ÇA

Le punk, c'était la rébellion. Rébellion contre la culture dominante, contre les préjugés, contre l'establishment. Presque partout, la première génération de punks devait faire face à des réactions hostiles : dans les médias, dans la mode, de la part des maisons de disques et même dans la rue, où il n'était pas rare qu'ils se fassent agresser ou cracher dessus. Aucune importance pour le punk. C'est dans ce côté rebelle que le mouvement a puisé sa fougue et sa force de fascination.

Viv Albertine des Slits est un exemple classique de personnalité qui a refusé de laisser les sceptiques et les détracteurs entraver sa créativité et son individualité. Son profil est un croisement fascinant : diplômée d'une école d'art, elle faisait aussi partie du cercle rapproché de la scène punk des débuts du mouvement au Royaume-Uni, et était amie avec des groupes comme les Sex Pistols et les Clash. Peu de temps après avoir rejoint les Slits en tant que guitariste en 1976, elle participait à une tournée légendaire au Royaume-Uni, aux côtés des Clash et des Buzzcocks.

Viv Albertine est considérée comme la première personne à avoir porté une jupe avec des bottines Dr. Martens, ce qu'elle a fait dès 1975, bien avant tout le monde. Alors que le punk s'amusait à mélanger styles féminins et looks radicaux, l'idée de Viv consistant à porter une mini-jupe avec de grosses Docs jouait sur ce mélange des genres. Dans ses mémoires, de fringues, de musique et de mecs, Viv a expliqué qu'elle allait à contre-courant des styles féminins traditionnels en associant des pièces féminines à des vêtements masculins, faisant délibérément s'entrechoquer ces deux styles opposés pour créer quelque chose de nouveau.

Porter des Docs avec une jupe ne choque plus personne depuis longtemps, mais, à l'époque chaotique du punk dans les années 70, ce look choquait. À un moment, Viv a même porté ses nouvelles Dr. Martens avec un tutu. « Aucune autre fille ne porte de DM avec une robe, alors j'attire plein de regards en biais », écrit-elle dans son livre. Viv Albertine n'a pas reculé : elle s'y connaissait en histoire de la mode et son style unique lui donnait de l'assurance.

Il a fallu attendre le début des années 80 pour que Dr. Martens commence à se rendre compte que les petites tailles pour hommes se vendaient en grande quantité. La demande de Docs pour femmes était de plus en plus forte, grâce à des icônes féminines et rebelles du style comme Viv Albertine et d'autres. Les médias et journaux dominants n'ont pas tardé à tourner en ridicule ces looks « inhabituels » et ces « godillots ». Il arrivait que des boutiques soient d'abord réticentes à l'idée de vendre une chaussure et bottine d'ouvrier au rayon femme ; certaines ont d'ailleurs simplement refusé. Mais les ventes de petites tailles continuaient à grimper, et le look « jupe et bottines » est rapidement devenu emblématique. Cette tendance trouve son origine dans l'esprit rebelle de Viv Albertine et ses idées à contre-courant. « Rien ne n'empêchera d'avoir le style que je veux. C'est mon choix. », écrit-elle dans ses mémoires.

LA SEULE CHOSE QUI SOIT PLUS SOLIDE QU’UNE PAIRE DE DOCS,
C’EST LA PERSONNE QUI LA PORTE

CONTINUEZ À VOUS REBELLER

 

"Racontez-nous comment vous avez fait face à l’adversité
Des histoires les plus radicales aux plus simples
Nous voulons vous entendre
Partagez vos histoires ci-dessous
Ou utilisez le hashtag #ToughAsYou"