text.skipToContent text.skipToNavigation

EDWARD COLVER

CONTINUER À SHOOTER, QUOI QU’IL ARRIVE

Les Dr. Martens ont traversé l'Atlantique pour mettre le pied sur le sol américain pour la première fois au début des années 80, lorsque les groupes américains revenaient de leurs tournées au Royaume-Uni avec de grosses Docs dans leurs valises. Quand ces groupes ont commencé à les porter sur scène chez eux, aux États-Unis, leurs fans de plus en plus nombreux ont remarqué leurs chaussures.

Toujours au premier rang des concerts hardcore dans une ambiance de frénésie et de sueur, le photographe sans prétention Edward Colver allait devenir le preneur d'images emblématique de cette scène à contre-courant. Un soir, il s'est retrouvé au sol, couvert de bleus, terrassé par la force physique qui émanait du concert où il se trouvait. Mais il a trouvé un moyen de se relever, de se remettre de ses blessures et de continuer à prendre des photos.

« On m'a jeté des bouteilles de bière sur la tête, une fois je me suis même pris une chaussure sur le visage, mais l'incident le plus extrême a eu lieu en 1983, alors que je photographiais un concert à l'auditorium de Los Angeles. La scène hardcore américaine était en pleine explosion à ce moment-là, et dans la salle, 3 000 personnes étaient en train de devenir complètement folles ; mais, contrairement à aujourd'hui, où tout le monde a un appareil photo, j'étais le seul à immortaliser la scène. »

« Le concert était déjà assez dingue, j'étais ballotté et bousculé dans tous les sens. Quand soudain, j'ai reçu un coup vraiment violent qui a failli m'assommer. En fait, c'était un gamin qui essayait de monter sur scène. Je l'ai aidé à monter, mais, quelques minutes plus tard, on m'a balancé sur scène très violemment. Je me suis écrasé sur le plancher, sur la poitrine et le côté. J'ai réussi à regarder à droite et toute la barrière s'était effondrée, elle avait plié sous la force de la foule. »

« Je savais que je devais trouver un moyen de sortir de là, donc j'ai essayé de me relever, mais c'était vraiment difficile. C'est alors qu'un gamin blond - le bassiste de The Circle Jerks - est venu à ma rescousse, et on m'a finalement traîné en coulisses vers la gauche, en m'agrippant là où j'étais blessé. J'étais vraiment mal en point. »

« Mais dès que j'ai repris mon souffle, j'ai tout de suite replongé dans la folie du concert et j'ai continué à prendre des photos. Il me fallait ces photos. Peu de temps après cet incident, alors que j'avais toujours très mal sur le côté, j'ai pris la photo du jeune sautant par-dessus la foule qu'on trouve dans le livre Dr. Martens: A History of Rebellious Self-Expression. Quoi qu'il arrive, il faut continuer à photographier et obtenir l'image à tout prix. Parfois, c'est difficile, mais il faut y retourner et continuer à photographier. C'était complètement dingue, un chaos total, deux minutes de folie. Mais j'ai pris cette photo. »

LA SEULE CHOSE QUI SOIT PLUS SOLIDE QU’UNE PAIRE DE DOCS,
C’EST LA PERSONNE QUI LA PORTE

CONTINUEZ À VOUS REBELLER

 

"Racontez-nous comment vous avez fait face à l’adversité
Des histoires les plus radicales aux plus simples
Nous voulons vous entendre
Partagez vos histoires ci-dessous
Ou utilisez le hashtag #ToughAsYou"