text.skipToContent text.skipToNavigation
E_S1_DMP_BROTHERS_PORTRAIT_DESKTOP

DR. MARTENS PRESENTS: LES FRÈRES ADELEKAN

Comment une nouvelle écrite par deux frères les a aidé à se réapproprier leur histoire

Seye et Olugbenga Adelekan sont des musiciens de renom, connus surtout comme bassistes de Gorillaz et Metronomy, respectivement. Mais en dehors de la musique, les frères ont toujours eu une passion pour les histoires de science-fiction. Aujourd'hui, ils ont posé leurs basses et pris leurs stylos pour écrire une nouvelle, dont tous les bénéfices seront versés à l'association caritative Black Minds Matter. 

« Obalende Sector » se situe dans un monde parallèle où les pays africains n'ont jamais été colonisés par les Européens. L'histoire se déroule au Yarubaland, un pays déchiré par la guerre, sur un champ solaire qui fournit 40 % de l'énergie mondiale et qui est devenu un point de tension diplomatique. L'histoire est racontée du point de vue d'une famille qui y vit.

La science-fiction étant un genre souvent dépourvu de diversité, les frères Adelekan ont entrepris de proposer un point de vue plus afrocentrique dans leur histoire, en s'attaquant à l'héritage du colonialisme et en se réappropriant leur récit. En partenariat avec Dr. Martens Presents, ils ont invité trois artistes à les aider à donner vie à l'histoire, Kieron Boothe, EXHIBIT69 et Rome Plusart, ce qui constitue ainsi une opportunité de meilleure représentation de créateurs issus des minorités.

Vous pouvez soutenir les frères Adelekan en achetant un exemplaire de « Obalende Sector » dans un de nos magasins à Londres \\(Camden, Carnaby Street, Spitalfields et White City\\).

Qu'est-ce qui vous a inspiré pour écrire cette nouvelle ? 

Gbenga : Nous avons tous les deux grandi avec la BD et la science-fiction. Dès notre enfance au Nigéria, nous étions vraiment conscients, avant même de pouvoir l'exprimer, que la science-fiction était quelque chose qui se passait ailleurs, aux Européens et aux Américains. En fait, j'écrivais déjà des histoires avant d'écrire de la musique. Je crois que j'ai écrit ma première histoire quand j'avais huit ans. Et presque immédiatement, j'ai commencé à situer les histoires au Nigéria, parce que je trouvais tellement étrange que rien de ce que je lisais ne se passe en Afrique.

Seye : Curieusement, le coronavirus a aussi joué un rôle. Nous avons tous les deux soudainement eu plein de temps libre.

Gbenga : Oui, je pense que le chômage forcé nous a fait réfléchir à ce que nous pourrions faire. Nous avons co-écrit et collaboré sur de la musique, mais je n'avais jamais vraiment pensé à collaborer sur une histoire. C'est donc ça la genèse de tout ça.

Qu'espérez-vous que les gens retirent de ce projet ?

Gbenga : Même s'il y a beaucoup plus de représentation non-blanche dans la science-fiction et le genre fantastique de nos jours, je pense que, surtout pour les jeunes, lire une histoire qui se déroule dans un contexte non-européen peut être puissant. L'histoire alternative dans laquelle notre récit est située dans le Yorubaland, qui n'est pas une sorte de Wakanda. Ce n'est pas rempli de personnes Noires « magiques ». Tout le monde à Wakanda est vraiment gentil. Leur société est vraiment soudée et c'est un endroit globalement génial. Le Yorubaland dans notre histoire est techniquement avancé, mais aussi imparfait que n'importe quelle autre grande puissance mondiale.

C'est simple à dire, mais notre récit porte aussi sur l'idée que les Noirs, les personnes d'origine africaine, sont comme tout le monde. Nous ne croyons pas que les personnes d'origine européenne blanche soient singulièrement mauvaises ou singulièrement aptes à être technologiquement avancées. Ces personnes sont le produit des forces contingentes de l'histoire. Si ces forces avaient agi sur l'Afrique de la même manière qu'elles ont agi sur l'Europe, vous auriez des nations africaines technologiquement avancées, mais tout aussi corrompues et imparfaites.

Seye : C'est exactement ça. Nous ne disons pas que si le colonialisme n'avait pas eu lieu, tout serait parfait et que tous les Noirs seraient en Afrique en train de chanter leurs chansons indigènes et de porter leurs vêtements traditionnels. Cela voudrait juste dire que les choses se seraient passées différemment. Mais le même genre de choses se produirait quand même.

Qu’est-ce qui influence votre travail ? Trouvez-vous votre inspiration dans des endroits inattendus ?

Seye : La cuisine. J'aime cuisiner parce que je trouve que c'est aussi créatif que la musique et je pense qu'une bonne chanson, par exemple, doit être comme un bon repas. Donc un équilibre de salé, de sucré, d'acide et de gras. Et aussi, selon le repas ou le type de cuisine, la balance peut pencher d'un côté ou de l'autre. Selon le genre de chanson que tu fais, elle peut être plus agressive au niveau du son, des paroles ou autre.

Gbenga : Et certaines chansons sont le dessert, d’autres sont le plat principal et d’autres encore sont l'entrée.

Seye : Oui. Et certaines chansons sont comme des nettoyeurs pour palais. Tu viens d'entendre un truc fou et puis tu te calmes. Alors oui, la cuisine m'a aidé à penser à chaque chanson comme une expérience.

Que signifie pour vous le terme expression de soi ?

Gbenga : Ça ne doit pas nécessairement être un truc créatif classique, comme dessiner, écrire une chanson ou autre. Je pense que c'est juste la liberté d'être fidèle à ce que l'on est.

Seye : L'expression de soi peut être la façon dont vous étreignez quelqu'un, ou la lenteur de votre démarche. Ça peut être n'importe quoi, vraiment. Et je pense que mes plus grandes inspirations sont les gens qui sont eux-mêmes à 100 % tout le temps. Ils ne sont pas forcément quelqu’un d’autre sur scène ou en studio que dans la vie réelle.
E_S1_DMP_BROTHERS_QAIMAGE1_DESKTOP

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui essaient d’arriver là où vous en êtes ?

Seye : Ne le faites surtout pas si vous voulez juste gagner de l'argent. Il y a des moyens beaucoup, beaucoup plus faciles de gagner beaucoup plus d'argent. C'est quelque chose que vous devez être prêt à faire gratuitement, et c’est ce que nous avons tous fait et faisons encore parfois.

Gbenga : Je dirais que c'est un équilibre entre être prêt à travailler très dur et avoir confiance en sa valeur.

Seye : Et ce qui est probablement plus important, c'est qu'il ne s'agit pas seulement d'être bon techniquement. Parce que probablement la plupart des gens qui vont à une audition sont tout aussi qualifiés, mais est-ce que les gens ont envie d’être avec vous ? Vous souvenez-vous des noms des gens ? Est-ce que tu prépares le thé pour les autres ?
E_S1_DMP_BROTHERS_QAIMAGE1_DESKTOP
E_S1_DMP_BROTHERS_QAIMAGE2_DESKTOP

Que représente pour vous la marque Dr. Martens ?

Gbenga : Je me souviens que j'ai découvert les Dr. Martens parce que notre grande sœur Ronke voulait en porter une paire à l'école. Elles étaient assez formelles pour qu'on puisse les porter à l'école, mais assez cool pour qu'on ait un peu de cachet. Parce qu'elles ont un côté un peu rustique. J’ai gardé cette sorte de dichotomie quand j’y pense.

Seye : Oui. Ça a toujours été un peu punk rock pour moi. Et là encore, c'est juste que je sais que peu importe où je vais dans le monde, si je vois quelqu'un avec des DM, on va potentiellement avoir quelque chose en commun, comme s'il y avait une sorte de signe international de rebelle. Et c'est tellement lié à la culture punk britannique, à la culture skinhead 2 Tone 'la bonne !', et ça représente en quelque sorte le choc des cultures, ce que j'aime.
E_S1_DMP_BROTHERS_QAIMAGE2_DESKTOP